June 17, 2013

Long time no see!

Sorry folks, long time no see. I don´t know what I have in mind these days but it is not this blog. Shame on me!!!

And I have so much to tell....

Lets start with the latest image from ESTRANGED SEX.

ESTRANGED SEX XXII: LITTLE RED RIDING HOOD.



Estranged sex XXII is almost no fantasy. It depicts the raw reality and the strangeness of growing up and becoming an adult, the tales we are told and how they really end up unfolding, how bizarre employment can turn out to be, motherhood and family.

Thanks to all the team that made this image possible:
Models: Adriano Rodrigo, Amarna Miller, Joaquin Infiesta Moreno, Andrea, Neo y Marysol (my husband, my son and my mother). ANd indeed it would not be a tale if it was not a family tale
Photography assisstants: Joaquin Infiesta Moreno y Lu Arriba
Especial thanks to Paola Bontempi for all her pink stuff and Alejandra Peréz García for her little red ridding hood basket and home made cookies.

THANK YOU EVERYONE FOR YOUR SUPPORT AND INCONDITIONAL HELP IN THIS ESTRANGED PROJECT.

February 5, 2013

FRANQUEADOS 2013

Toda la ciudad como galería, todo el mundo como público, los cristales de las
tiendas y comercios se transforman durante una semana en el evento que
representará el arte más independiente de mayor calidad de Madrid.

Del 9 al 16 de Febrero, las calles se llenan de arte sin intermediarios, sin recelos, sin protocolos. Las piezas se orientan a la calle y mira quien quiere.



Yo participo con dos piezas de Downfall of the Dream en el Molly Malone´s de malasaña, calle Manuela Malasaña 11.






The wild bunch- exhibition images






December 5, 2012

THE WILD BUNCH


EXPOSICIÓN COLECTIVA EL PRÓXIMO VIERNES 14 DE DICIEMBRE A PARTIR DE LAS 20H EN CALLE AMOR HERMOSO 88
"1 MAS QUE MATADERO!"


December 3, 2012

ESTA SEMANA PUBLICO EN INTERVIU EN PORTADA Y EN 10 PAGINAS DE COMIC INTERIOR




La modelo es Shara Lecter, una maquina del pole dance y el bikini fitness españoles, una mujer preciosa y maravillosa que se puso en mis manos para llevar a cabo un comic al mas puro estilo sin city que llevaba tiempo deseando hacer. Shara es la heroina perfecta, y el proyecto, os invito a que compreis la revista, para disfrutar de el, porque yo estoy orgullosisima.

Debo agradecer a todo el equipo que me ayudó a hacer el proyecto posible.

Créditos:

Fotografía guión y dirección de arte: Sandra Torralba
Ayudantes: Oscar Rubio, Joaquin Infiesta y Andrea Paci
Maquillaje y peluqueria: Maria Nebrera (www.bajobe.com)
Escenografía: Sandra Torralba y Andrea Paci
Estilismo: Shara Lecter y Sandra Torralba
 
Agradecimientos: Martín Velasco Bertolotto (storyboard), Angel Gonzalez (secuestrador), Roberto de www.madridpoledancestudio.com y Maria ferreiro (estilismo bata).


November 15, 2012

Feigenblatt Magazine on Estranged Sex



Today Feigenblatt Magazine Germany publishes a 10 pages articles about Estranged Sex. Not only the text and layout are excellent but extremely generous and kind.

I feel both honored and proud and this reminds me I shall continue the series at once. 

 

Estranged Sex
Photographies by Sandra Torralba



Impatiently, a woman presses the remote control while next to her a couple has sex. A woman offers her naked body to a man, but breasts and vulva are pornographic plastic imitations. A Playboy Bunny and a big guy with cowboy hat lie together on the bed, absent and perplexed.
"Estranged sex" is the title that the Spanish photographer Sandra Torralba has given to her series of pictures. Estranged, that is to say: the sexuality that once was close has become foreign to us. All 18 photos in the series seem to tell a story, to convey a message. But nothing is free of doubts and ambiguities. In her cinematic obsession with detail Torralba's works appear as excerpts from bizarre films such as David Lynch's: supported by a slight shift in reality which can as well topple over into the threatening as well as into the comic.


"'Estranged Sex' is not distorted, subjective reflection of reality," says Torralba, "but rather a response to a distorted reality." With her work she wants to stimulate to think about sexual taboos and deconstruct pornography: because the bizarre has become normal and the natural has become alien. Each image tries to address a different aspect of sexuality and provokes to think and/or laugh: the relationship with the body, the naturalness of physical contact, the role models of pornography and so on. Even if the viewer can observe that these photos were taken with a stance on these issues, they do not manipulate him, but leave him his own associations.
The starting point for "Estranged Sex" was the idea of representing sexual and pornographic content, without triggering arousal in the viewer. Torralba is not a fundamental opponent of pornography: She only wants to understand and question. Although the Internet has made everything visible, but that doesn't mean neither diversity nor criticism of sexual practice, which must arrange itself with the "compulsive obsession of society to control the human nature, to condemn and to restrict it".
Her images present human beings "pathetic splendour, tragic vulnerability and endearing humanity, as a familiar being silent about his own doubts and rarities, alienated and absent minded". Sexuality can be "equally the most beautiful and the most ugly of all experiences", but also something very simple, believes Torralba. However: "We put so much into it into, that it sometimes becomes something else."


In all images of the series which was created between 2008 and 2010, as well as in the accompanying videos Sandra Torralba herself acts as a model. For her this is a question of honesty, a personal way of communicating. But this doesn't make the photos autobiographical documents: they are movie roles, in which she emerges as the main character. And yet, she says, "my series could not exist, if I was not in these figures."
Exhibitionism is certainly not what drives her to the other side of the lens. During the period from 2008 to 2010, the ideas constantly grew more ambitious and the number of necessary workers on the set got bigger - demanding from her again and again to overcome her sense of privacy, to become "my own instrument which feels nothing and thinks of nothing else as to what is necessary for the recording." Where possible, she worked with friends or confidants.
Also for her other photo projects, Torralba slips into a variety of roles. Her self-portraits show her sometimes in tragic-romantic pose, sometimes wrecked in desperate excesses, in helpless nudity or surrounded by traces of violence. In her personal favorite series "The Downfall of the Dream", in which she wanders through abandoned or nightly rooms as a floating shade, the confrontation of the everyday life with the grotesque feels ethereally surreal. However, a series that shows her asleep at the most inopportune occasions, shows an ironic view, and "The ideal man" - a rag doll without head or limbs - experiences a romantic love story with the artist in a subversive image sequence.
With her technical perfection and her inventiveness, it is surprising that Sandra Torralba has begun to photograph professionally only in 2008. Born in 1979, the Madrilenian tried first to study medicine, but then completed training in the field of social work, sexual therapy, and psychology. During the four years that she has been living in the United Kingdom, she worked with people in mental crisis situations. Back in Spain photography, a passion of her teenage years, seized her again.
She now works as a professional photographer of order. Her elaborate artistic works, however, which obviously require weeks of preparation, are rather a grant business. When she talks about the motivation behind these images, one hears the therapist, psychologist and social worker in addition to the artist: "I don't do this to please, I do this in order to communicate."



www.sandratorralba.com

June 27, 2012

Articulo en El Nuevo Herald

Reseña en el Nuevo Herald sobre la exposición "Fictional Eyes: Dream of Reason" en "The Lunch Box Gallery"



Si un rasgo está directamente asociado al hecho fotográfico es el carácter verosímil que presupone el registro directo de la realidad, condición sine qua non del hecho fotográfico. Por supuesto, el desafío a este “efecto de realidad” –como le denominara Roland Barthes– ha estado presente desde el comienzo mismo del arte fotográfico, acentuándose este interés de desafío de lo real con la aparición de la fotografía digital y de los diferentes programas de manipulación de imágenes hacia la década de los años 1990.
Tal es el tema que motiva Fictional Eyes: The Dreams of Reason (Ojos de ficción: Los sueños de la razón), muestra presentada por The Lunch Box Gallery en Wynwood District.
Organizada en asociación con la revista Área Zinc, de España, Fictional Eyes… pone a nuestra disposición la peculiar mirada de ocho fotógrafos contemporáneos interesados en desarticular las expectativas lógicas del hecho fotográfico.
Entre los artistas participantes, destacan las propuestas de Sandra Torralba (España), cuyas atmósferas de alienación tienen un impacto sobrecogedor y las de Stefano Bonazzi (Italia), cuyo universo de influencia metafísica con ecos del mundo publicitario nos cautivan con su enigmática belleza. 

:)))))))))))))))))))))))))))))))))


Read more here: http://www.elnuevoherald.com/2012/06/24/1235522/la-fotografia-eco-de-la-imaginacion.html#storylink=cpy

June 20, 2012

Interview pour le Tag Parfait







Le Tag Parfait ne m’a pas payé l’aller-retour Paris-Madrid – SCANDALE. Heureusement, l’Internet est la nouvelle Amérique et des millions de petits Christophe Colomb 2.0 œuvrent au quotidien en faveur de l’abolition des frontières. C’est cette conquête du monde moderne qui m’a permis d’interviewer Sandra Torralba, jeune photographe espagnole dont j’ai découvert certains travaux [beaux, fous, intelligents] au MoSex de New York, en février dernier.

Tu as étudié la psychologie (à Madrid et à Londres) avant de suivre un cursus artistique. Qu’est-ce qui t’a amenée à la photographie ?
Quand j’étais enfant, je pensais que je serais écrivain. J’ai rédigé ma première histoire aux alentours de 7 ans. Je réalisais également des « comics photographiques ». Ado, je me voyais bien actrice de théâtre (dramaturge et photographe aussi !), mais j’adorais les sciences, donc je suis entrée en fac de médecine. Je me souviens avoir changé d’avis plusieurs fois, me demandant si je ne devrais pas mieux étudier les arts ou le journalisme, voire la psychologie dont je raffolais. Mais je me disais qu’il était préférable de commencer par « le plus difficile ». J’ai abandonné la médecine en troisième année. J’aurais pu être un bon docteur, mais c’était prenant et pénible. J’ai ainsi bifurqué vers le social, me préoccupant des aspects sociologiques de l’existence, après m’être préoccupée de ses aspects biologiques. En parallèle, j’ai suivi des leçons de thérapie sexuelle pour la même raison : approfondir ma compréhension de la sexualité. En 2004, mon compagnon et moi avons déménagé au Royaume-Uni. Je n’en avais pas vraiment envie, mais une fois sur place, j’ai senti que je devais tirer le meilleur de cette expérience. Je me suis inscrite à un cours de « counseling humaniste », puis à un master de psychothérapie intégrative, et j’ai entre autres travaillé dans un établissement de réadaptation spécialisé dans les maladies mentales graves. J’ai fini par obtenir mon diplôme en psychologie. La dernière année, j’en ai eu assez. Les récits de mes clients, leurs horreurs, mes propres problèmes, tout ça me pesait. J’avais alors repris la photographie et ce hobby me captivait de plus en plus. De retour en Espagne, j’ai décidé de suivre des cours de photo et d’avoir une activité de thérapeute à temps partiel. Quand la photographie a pris le dessus, je me suis sentie plus heureuse et plus légère ! Je n’ai pas oublié la psychologie qui influence considérablement mon travail et ma vie, je l’ai juste autorisée à occuper moins de place. Je n’ai aucun regret. Tous mes centres d’intérêt se sont toujours trouvés là, interagissant les uns avec les autres. Sénèque aurait dit : « La chance, c’est quand la préparation rencontre l’opportunité ». Cela illustre mes cheminements de carrière ; les occasions se sont présentées et je les ai suivies.
Quel lien fais-tu entre l’art et la psychologie ?
Pour moi, l’art et la psychologie concernent tous deux la communication et les émotions humaines, donc quelque part, ils se nourrissent mutuellement. Mon travail est ancré dans mon expérience, dans mon être.

Sandra Torralba - Estranged Sex
Pourquoi te mets-tu en scène dans tes photos ?
Mon travail est très personnel, mais pas autobiographique. J’usurpe l’identité de mes personnages dans un souci de justesse. Cela a beaucoup à voir avec la psychothérapie, n’est-ce pas ? Je crois (et c’est obligatoire dans la psychothérapie et les formations en conseil) qu’il faut explorer ses propres problèmes avant d’essayer d’explorer ceux des autres. Je trouve plus honnête et plus audacieux de parler de mes sentiments personnels, de mes peurs et de mes doutes. Je me fais donc porte-parole de mon message. L’honnêteté est un bon moyen d’atteindre les autres. Nous avons tendance à projeter ou nier nos émotions, à tomber dans l’hypocrisie, à nous cacher et à avoir honte. Avec mes photos, je veux faire l’exact opposé. Ce n’est pas une forme de thérapie (j’ai fini mon analyse !), mais une façon de penser et de parler, de poser des questions, de soulever des thèmes qui m’importent, et d’entamer un dialogue avec le spectateur, moi y compris.

Sandra Torralba - Estranged Sex
Techniquement, comment travailles-tu à la fois devant et derrière l’objectif ?
Au début, c’était facile. Mes photos étaient plus simples et tout ce dont j’avais besoin, c’était de moi et de l’appareil. Et puis, je me sentais timide devant les autres ; il faut avoir une bonne dose de confiance dans son travail et ses compétences pour réussir à demander de l’aide. C’était quelque chose sur lequel je devais progresser. Quand mes productions sont devenues plus importantes et complexes, j’ai commencé à avoir besoin des autres, devant et derrière l’objectif. Je travaille encore beaucoup toute seule, je suppose que je continue de trouver ça émotionnellement plus facile, plus intime et tranquille, mais certains clichés nécessitent du soutien extérieur. Donc comment ça se passe ? Normalement, j’ai une idée très claire de ce que je veux et de ce dont j’ai besoin. Alors j’écris mon idée, ce que je veux faire passer, ce que cela signifie, je fais des dessins ou des photocompositions pour expliquer exactement où chaque élément sera situé, quelle sera l’action, quel sera le sentiment évoqué… Et pendant la séance photos, tout le monde sait ce qu’il a à faire. Après un certain nombre de prises, je regarde mon travail et corrige ce qu’il y a à corriger, jusqu’à obtenir l’image voulue.

Sandra Torralba - Estranged Sex
De quelle façon recrutes-tu tes modèles ? Comment les diriges-tu ensuite ?
Ça dépend. Je fais beaucoup appel à ma famille et à mes amis. Les photos sont encore plus chargées de sens lorsqu’ils posent pour moi. Parfois, j’ai besoin de personnes avec des caractéristiques spéciales donc je demande autour de moi et par le biais de mon blog ou de Facebook. Ou bien cela peut prendre plus de temps. Pour certains clichés, ça a mis plus d’un an !

Sandra Torralba - Estranged Sex
Tes photos parlent beaucoup de solitude. Tu penses que c’est un mal moderne ?
Le mal moderne serait pour moi la dénaturalisation, la déshumanisation, la façon dont nous semblons combattre et cacher notre animalité, notre humanité, pour devenir des machines. La solitude, la tristesse et le bonheur sont, d’après moi, des états émotionnels naturels. Le seul problème est que l’on ne nous apprend pas à les gérer instinctivement. Idem avec l’ambivalence ou l’incertitude, nous semblons avoir tellement de mal avec ces notions, comme si nous n’étions sûrs de rien. Dans ce domaine, beaucoup de superbes écrivains français ont participé avec brio à l’élaboration de ma pensée : David Le Breton, Bourdieu, Baudrillard, Camus, etc.
Ta première série photographique s’intitule « The Ideal Man » et représente une femme en compagnie de l’homme idéal invisible, la dernière, « Estranged Sex », met notamment en scène des couples qui n’ont pas l’air de se voir. Quelle est ta perception des hommes, des femmes et des relations hommes-femmes ?
« The ideal man » est une parodie des sexes. L’homme idéal y est idéal, sauf qu’il n’existe pas, et la femme semble très heureuse face à cette illusion. « Estranged sex » se veut plus complexe. Chaque image a sa propre histoire cachée, mais toutes explorent l’étrangeté que nous avons créée autour de nos corps, de notre sexualité, de nos relations, montrant à quel point nous nous en sommes éloignés. À ce niveau, je crois que les hommes et les femmes sont tout autant pris au piège, pas de la même manière ou via les mêmes ruses, mais pareillement coincés et aliénés, de par leur faute.

Sandra Torralba - Estranged Sex
Et ta perception du sexe ?
Le sexe et la sexualité sont des concepts très larges dont on parle à tort et à travers, ce qui a tendance à les dénaturer ou les rendre plus effrayants qu’ils ne sont. Mais, en substance, ils peuvent s’avérer très simples. Car n’oublions pas, le sexe est surtout une question d’amusement et de plaisir.
Tu regardes du porno ? Quels sont tes tags préférés ?
Oui, il m’arrive de regarder du porno. Mes tags préférés ont changé au fil du temps, à l’instar de mes fantasmes.
Qu’est-ce que tu aimes et/ou n’aimes pas dans la pornographie d’aujourd’hui ?
J’aime le fait que l’on soit plus ouverts face à la pornographie, que ce soit devenu plus « normal » et que l’on voie apparaître des types d’images qui répondent à tous les goûts. Mais c’est aussi ce qui me laisse souvent perplexe. Sentir que chaque jour il est possible de trouver quelque chose de nouveau : dans le porno, beaucoup de pratiques sont si perturbantes. Ce qui me dérange le plus, c’est le porno très violent. Fréquemment, je découvre de nouvelles « tendances » que je n’aurais jamais pu imaginer, et je trouve certaines d’entre elles profondément troublantes et étranges. Donc j’y réfléchis, jusqu’à ce que j’arrive à les comprendre. Ça ne signifie pas que je vais les aimer, mais au moins je vais définir leur provenance. Par exemple, le bukkake et le gokkun me paraissent aujourd’hui très communs, mais au début, j’étais très choquée. À l’origine, le bukkake est lié à l’humiliation. En fait, on imagine sans problème en quoi cela peut exciter quelqu’un, on conçoit les raisons, autres que la simple dimension humiliante. Maintenant, comprendre une chose ne signifie pas l’accepter passivement : nous pouvons tous apporter un peu de critique dans le porno. Il y a d’autres choses qui me dépassent, telles que les lavements ou cette pratique qui consiste à gonfler les lèvres du vagin avec une pompe avant d’avoir des rapports sexuels. Et il y a des choses que je déteste tout court, comme le sexe violent où l’on cogne, crache et traite l’autre comme de la merde, ou la fellation en mode « gorge profonde » qui conduit au vomissement…

Sandra Torralba - Estranged Sex
Était-ce le point de départ de ta série « Estranged Sex » ? Sinon, d’où t’est venue l’idée ?
La volonté initiale du projet « Estranged Sex » était de créer des images comportant des éléments sexuels et pornographiques, mais qui ne déclencheraient pas l’excitation. Il s’agissait de présenter un paradoxe qui mènerait le spectateur à se poser des questions. Et cela devait être amusant.
Tu utilises aussi le support vidéo et le support texte. Pourquoi ?
Différents médias offrent des possibilités de communication différentes.
Comment les gens réagissent-ils par rapport à ce projet ?
Cela dépend des individus et des images. Des images déclenchent des rires chez certains et en gênent d’autres. Mais les gens semblent penser à eux et souvent ils viennent vers moi avec une approche de négociation, prêts à discuter. Jamais ils ne se contentent de me fermer la porte.
Toi, qu’est-ce qui serait susceptible de te choquer ?
Beaucoup de choses, tout ce que je ne sais pas peut me choquer.
J’ai découvert ton travail au MoSex de New York. Quelle est l’histoire de cette exposition ?
Ils m’ont contactée et commandé l’exposition. J’ai été ravie de collaborer avec eux et de l’opportunité qu’ils m’ont donnée. Lorsque l’exposition s’est terminée, je leur ai offert toutes les photographies exposées, pour leur collection permanente.
Tes œuvres voyagent. Ça te fait quoi ?
Je suis envieuse ! Je voudrais voyager avec elles. Je plaisante. Je suis ravie que mon travail soit vu à l’étranger. C’est magnifique.

Sandra Torralba - Experimental
Tu parviens à vivre de ton art ?
Non. Mon mari a un emploi solide et nous nous appuyons sur ses revenus. Je travaille comme photographe professionnel, mon activité augmente de jour en jour, mais mes gains fluctuent, de sorte que j’apporte une bonne contribution financière à notre ménage, mais qui ne suffit pas pour vivre. Cela me permet toutefois d’organiser des expositions qui engendrent toujours de grandes dépenses !
Un nouveau projet en route ?
Mon premier petit garçon est né au début de cette année et, combiné avec le travail, cela ne me laisse pas beaucoup de temps libre pour des projets personnels, mais je suis en train de travailler sur « The Hope´s Crevice » qui le met en scène, lui et ma grand-mère.


The Hope´s Crevice

These are two images of my latest project: The Hope´s Crevice.

The obvious aside and all its existential bitter sweet flavouring, the work is essentially inspired in my 92 years old grandmother´s reality. For some years she has not been all that well, dementia eats her memories away and slowly we all disappear including her.

There seem to be a cure for her sinking darkness, her great grandson, my first babyboy. She might not know her world around but as soon as she sees him, there is light and hope. It is not a cure, not even temporary, the deterioration is a real, the babyboy is too heavy and fragile altogether, but I repeat, for its worth repeating, as soon as she sees him, you can see desperation cracking, hope leaking through the gaps.



May 21, 2012

Fictional Eyes: The Dreams of reason








I am very pleased that i could be part of this exhibition. Seeing the gallery´s images I believe the outcome is wonderful, an amazingly creative set of odd imagery.









I am very grateful to The Lunch Box Gallery and Area Zinc magazine for this opportunity!


May 7, 2012

FICTIONAL EYES: THE DREAMS OF REASON


From the 12th May to the 7th July I will be participating in a joint exhibition at the Lunch Box Gallery, Miami.


The Lunch Box Gallery, in conjunction with contemporary art webzine from Spain, Area Zinc announce the new exhibition Fictional Eyes: The Dreams of Reason, showcasing the photographs of 8 artists who have been previously published in Area Zinc. The opening reception is on May 12th, 2012 from 6:00pm to 10:00pm at 310 NW. 24th St. Miami, FL 33127.

I am participating with two images from The Downfall of the Dream. I hope you enjoy it and if you happen to go and visit, please take some pictures for me!!! You can send them to info@sandratorralba.com!


December 5, 2011

ESTRANGED SEX XX- Making of



Pensé que no llegaría a hacerla...He dejado pasar el tiempo, sin olvidarme de la foto, sin perder las ganas, pero he dejado pasar el tiempo, por falta de fuerzas, por muchos motivos.

Pensé ESXX hace mas de un año, incluso antes de estar embarazada, bien antes, y nunca la hice porque necesitaba estar embarazada, claro.
Una vez te quedas embarazada, las prioridades cambian, y por supuesto ESXX dejó de estar entre ellas.

El trabajo, las "malaises" varias del embarazo, organizar nuestra boda, fueron relegando ESXX y cualquier proyecto artistico a un triste y ultimisimo plano. Y la barriga fue creciendo, haciendo la imagen plausible, y a mi me iba dando igual, mientras preparaba y volvía a preparar la maleta del hospital mucho mas importante!!!!


Y de golpe Andrea me animó, me dijo que tenía que hacerla. Y supe que tenía razón. Y Oscar me dijo que contara con él y asi uno a uno los demas miembros del equipo, y a pesar de las contracciones que me acompañan desde hace dos meses y el presentimiento de que no llegaríamos a hoy, me animé me decidí a coordinarla.




Contacté con el departamento comercial del Hotel Mercure Santo Domingo, dónde ya tuve el placer de trabajar con Interviú en el reportaje de Laura Campos, y les solicité una suite. Necesitaba una suite de hotel, neutra, con clase, bonita, sencilla, un lugar dónde una pareja iría en una ocasión especial.

Como de costumbre, las cosas que ocurren, las que acaban ocurriendo, muchas veces no son fruto de la vehemencia y la perserverancia, sino que se deben bastante mas a esa unica y fantastica mezcla entre las pulsiones de uno y las circunstancias.

"Luck is when preparation meets opportunity" - dijo Seneca al parecer.
Por mi parte, debo reconocer, que la mitad del tiempo y ante cualquier contratiempo, pensaba en olvidarme de ESXX...a estas alturas me costaba demasiado, fisica y mentalmente encargarme de ella, ni siquiera estaba segura de su exito como imagen o como concepto.

Clara Vivar me consiguió una suite fantastica (see below) lo que afianzó el proyecto.


Y finalmente ya, cuando la semana pasada mi doctora me dijo, que aunque inicialmente nos hubiera parecido que el enano iba a nacer temprano, ahora parecia mas probable que sobrepasaramos la semana 40, me dije, que si nos quedaban casi tres semanas mas, entonces ya si que si que hacia la foto.

Me lancé a buscar la chica. Doy las gracias a todas aquellas que consideraron y se ofrecieron para el rol de prostituta en ESXX, y doy las gracias especialmente a la sensual Helena quién encarnó finalmente el rol.

Y asi, hoy, hemos materializado ESXX.


Primeramente quiero reiterar mis agradecimientos a un equipo fantastico sin el cual (y si bien esto es cierto siempre, hoy con mas razón) esta imagen NO HUBIERA SIDO POSIBLE.


A veces solo estar de pie me causa fatiga, dolor, vomitos, contracciones y diversos males, todos ellos maravillosamente normales y parte del natural proceso de tener un animalito acrobata dentro, pero viene a decir que sencillamente no podía hacer esto sola.

Mi metamorfosis en ballena os puede dar una idea de las dificultades que conllevan las ultimas semanas de embarazo, pero la motivación y el buen animo también te hacen grácil y ayer sorprendentemente estaba yo menos varada.


Vale pues el mundo es generoso, y no solo en navidad ni por la cercania osmotica con la misma, mi equipo es generoso siempre.. GRACIAS A TODOS!

Aqui va el helenco estrella, a la mayoría de los cuales ya les conoceís:

Fotografía y dirección artistica: Sandra Torralba
Primer Ayudante de fotografía: Oscar Blanco Alsina
Segundo Ayudante de fotografía: Joaquin Infiesta Moreno
Maquillaje y estilismo: Eva Angelina

Actores:

Actriz: Helena Haro
Marido: Andrea Paci
Embarazada: Sandra Torralba

Asimismo tampoco hubiera sido posible sin la ayuda del
Hotel Mercure Santo Domingo, que nos ha cedido una de sus fantasticas suites para la ocasión. Os invito encarecidamente a que si estais por Madrid y buscais un sitio especial donde alojaros, le echeis un vistazo al hotel. Os dejo el link a su galería en flickr, que os muestra el hotel maravillosamente.

Y ahora os dejo un poco con con la intriga sobre la foto final y la historia que cuenta porque aun no he podido procesarla y habrá que esperar unos días mas.